Eloge de Maître André Nocquet,
prononcé lors de ses obsèques le 16 Mars 1999,
à Prahecq, Deux-Sèvres.

" Bien cher Maître,
C' est avec émotion que je vais rappeler ce que furent votre vie et votre carrière.

En ce lieu même, vous nacquites le 30 juillet 1914 et vous avez grandi dans cette campagne vendéenne ardente et profonde.
En 1930, à l' âge de 16 ans, vous découvrez le Jiu-jitsu auprès de l' Adjudant-Chef Raffier de l' École Militaire de St Maixent.
Jeune homme vous croyez en l' épanouissement par le sport. Diplômé de culture physique et gymnastique médicale, vous créez une ",École de Culture physique" à Angoulême.

Votre curiosité envers l' Extrême-Orient grandit dès 1937 où vous devenez le 17ème élève du professeur Kawaishi au Jiu-jitsu Club de France.
Revint pour notre Patrie le temps des épreuves et celui qui vous fit connaître l' homme, loup pour l' homme, mais aussi, oh combien misérable!

En 1939, vous affrontez les vicissitudes de la "drôle de guerre" et connaissez l' amertume des combats jusqu' à Dunkerque où vous êtes fait prisonnier. D' un Stalag de Cologne vous réussissez votre seconde tentative d' évasion et parvenez à rejoindre la Résistance en zone libre.

En 1945, la Police de Bordeaux vous confie la formation de ses moniteurs de judo et peu de temps après vous organisez le premier Stage international de Biarritz.

En 1951, vous devenez l'un des premiers élèves de Minoru Mochizuki, puis l' année suivante de Tadashi Abe qui vous décernera le Shodan d' Aïk'ido de l' Aïkikaï, le ler Mai 1954.

Vous allez faire, alors, la grande rencontre qui transforme votre vie puisqu' en 1955 vous avez le privilège d'être accueilli par Maitre Morihei Ueshiba qui vous a invité à Tokyo.

Parrainé par l' académicien Georges Duhamel, vous êtes reçu au ministère des Affaires culturelles japonais et introduit dans divers milieux journalistiques.

Vous êtes un étrange Uchi-deshi de 41 ans, seul occidental au milieu de jeunes nippons, qui aidé d' un traducteur Mr Tsuda, note scrupuleusement les paroles du Vieux Maitre.

Votre action et vos écrits ont répondu à ce que vous demandait 0 Sensei dans sa lettre du 12 Avril 1962, qu' Aritomo Murashige Shi-Han, son Représentant personnel en Europe, vous remit.

"Il faut suivre la Voie que j' ai tracé pour tous, en se purifiant constamment, en agissant loyalement, en étant droit et chaque jour un peu plus modeste. Alors vous pourrez dire que vous m'avez suivi, car tel a été mon but toute ma vie. " ...

"je souhaite de toute mon àme que vous suiviez ce chemin, je vous y aide-rai de mon mieux, vous avez et aurez du mal, car les coeurs et les esprits ne sont guère empreints de sagesse, mais essayez, ce sera pour vous un grand bienfait" ...

"je vous ai nommé Représentant Général de l'Aïkikaï, c'est une lourde tâche d'inculquer l'Aïkido aux hommes qui sont si lourds d'âme en ce moment"... "Travaillez à faire fleurir la grande philosophie qu' enseigne l' Aïkido, semez- la sur tous les tatamis de France et d'ailleurs." ...

"Continuez uniquement à enseigner dans l' Amour"... On n' est pas assez modeste autour de vous"... "Il faut se faire tout petit pour recevoir les rayons du Ciel et de la Lumière. J' ai semé en vous de la pureté et quelques bonnes choses à cultiver." ...

"Répétez bien autours de vous qu' il faut se faire tout petit et accepter chaque jour ce qui nous est offert." ... "Vous avez très peu de bons élèves où la Lumière peut entrer, mais la plupart pourraient être "lavés", afin qu' un petit rayon puisse passer. C'est là votre tàche terrestre." ...

"Passer des "Dan" n' est pas capital, ce qui est essentiel, c' est de passer des "Dan d' Amour" ... "Se faire tout petit, alors à la mort, on se retrouve très grand. "... "Parcourez votre voie avec Foi."

Le 6 juillet 1973, Maître Hirokazu Kobayashi vous décerne le 7ème Dan, puis vous êtes reconnu 8ème en 1979.

Afin de rester fidèle à l' esprit de 0 Sensei et de continuer à répandre sa pensée vous fondez le Groupe qui porte votre nom.

Vous achevez votre parcours en retournant à l' AïkikKaï en 1990 pour remettre au Doshu Kisshomaru Ueshiba la médaille d' or de la jeunesse et des Sports, et surtout témoigner de votre dévouement à votre Maître disparu.

Titulaire de la médaille des Combattants et de celle des Evades, vous avez été reçu dans l' Ordre du Mérite National le 10 juillet 1982, puis élevé à la dignité de Chevalier de la Légion d' Honneur le 2 Avril 1994.

Lors de notre dernier entretien, alors que nous vous présentions une reproduction d' un bas-relief de Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, représentant deux hommes se donnant l' accolade, vous nous avez demandé de lire le psaume qui l' accompagne:

"Amour et Fidélité se rencontrent.
Justice et Paix s' embrassent. "

Alors vous avez doucement ajouté: "C'est cela l'Aïki"

Séjournant du 11 juin 1955 au 20 Décernbre 1957, admis dans l' intimité de 0 Sensei, il vous charge rapidement de faire connaître l' Aïkido auprès des Ambassades étrangères à Tokyo.

Le 28 Septembre 1955 vous donnerez une conférence sur l' aspect spirituel et technique de la Discipline devant les Attachés culturels et Membres les Légations du Corps diplomatique de Tokyo. Cette manifestation relatée dans "I' Encyclopedia of Aïkido" est considérée comme le prologue de l' expansion et de la reconnaissance de cet Art de paix dans le monde.

Le 14 Octobre 1957 Morihei Ueshiba vous reconnaît la qualité de "Maître d'Aïkido".

Après un séjour aux États-Unis ou vous dispensez cours et démonstrations, voilà le retour en France.

C' est par une belle soirée de Septembre de l' automne 1958 que vous êtes entrée dans la vie de mon frère et de moi-mème, comme vous entrerez dans celle de bien d' autres après. Durant presque trois ans nous fûmes vos deux seuls élèves.

Gradué 4ème Dan le 10 Décembre 1959, vous commencez en tant que Conseiller technique de la Fédération Française d' Aïki-Budo, à faire connaître et enseigner à travers l' Hexagone et sa périphérie, chaque fin de semaine, l'art pacificateur.

En 1960, vous fondez votre foyer qui sera illuminé l' année suivante par la naissance de Michel.

Le 12 Avril 1962, 0 Sensei vous élève au rang de 5ème Dan et confirme vos fonctions de Représentant pour la France.

Le 26 Septembre 1964, nous présentons l' Aïki dans le cadre de l' Association "Rhin et Danube" et créons une Section au sein de l' Union Nationale des Parachutistes. Vous avez l' occasion exemplaire d' appliquer l' idéal d' harmonie et de non-violence, d' enseigner un art corporel qui transforme intérieurement des hommes voués à la guerre pour défendre leur pays, en leur permettant de changer un acte destructeur en une action de sauvegarde pour l' attaquant et l' attaqué.

En 1965, vous en faites la démonstration éclatante au Nlont Saint Michel devant 5.000 Paras et S.A.S anglais.

Votre parcours prend une audience national le 17 Décembre 1964 lors de la démonstration et de l' interview accordés à l'emission télévisée "Les Coulisses de l'exploit".

En Novembre 1971, Européen avant l' heure, vous présidez l' Union Européenne d' Aïkido dont la devise est "Per amicitiam ad firmitatem", en même temps que vous dirigez techniquement la Fédération Française d' Aïkido présidée par le Docteur Warcollier.

En 1975, vous publierez "Maître Moilhei Ueshiba - Présence et Message " dans lequel paraissent quelques 80 photographies inédites du Fondateur et l' essentiel de son enseignement spirituel. Cet ouvrage sera suivi de "Zen et Aïk ne font qu' un", puis "le Coeur contre l' épée" en 1991, qui traduit en anglais et japonais, prouve que nul n' est prophète en son pays!

 Au-delà de tous les mots, vous fùtes avant tout un honune de foi.
C' est pourquoi Maitre Nocquet,
Vous n' êtes pas parti.

Vous êtes arrivé.

Par ma voix, quatre générations d' élèves vous saluent et vous remercient."



Jean Daniel Cauhépé

 

Premier élève de Maître André Nocquet. Membre du Nocquet Ryu.
Fondateur de l' École d' Aïkido de Sumik-iri.
Président d' Honneur de la Section Var-Est
de l' Union Nationale des Parachutistes.